Salon Talent Management 2016

STM2016-NEWLOGO

Les 26 et 27 Janvier 2016 à l’Espace Champerret

La société Design RH réunit, pour la 4ème édition du Salon, les professionnels des RH et management autour des questions de la gestion et du développement des talents. Qu’ils soient éditeurs de logiciels SIRH de gestion des Talents, cabinets de conseil en Management RH, organismes de Formation ou experts en évaluation, le panel des exposants sera large. Plus de 40 exposants seront à votre disposition!

Cet événement unique, rendez-vous incontournable pour les RH, permettra aux 5000 visiteurs de se tenir informés des dernières nouveautés en matière de management des ressources humaines. Les décideurs RH seront mobilisés autour de thématiques cohérentes et pertinentes. « Le Salon Talent Management est l’opportunité pour les professionnels RH de rester informé sur les dernières tendances et solutions dans la gestion des talents. Il est un lieu de rencontres et d’échanges ». Raphaël Delmas – ECPA Chef de Marché RH

« La force de ce salon est de rassembler toute la communauté RH autour des thématiques relatives à la Gestion des Talents. Le tout dans un climat de confiance qui favorise les échanges. » Christophe PATTE, Fondateur de Design RH.

Au Programme – 4 Marathons :

– Mardi matin : Gestion prévisionnelles des Talents
– Mardi après-midi : Evaluation et Assessment
– Mercredi matin : Outiller sa Gestion des Talents
– Mercredi après-midi : Développement des Talents

Chiffres clés 2016

– 40 exposants
– 5000 visiteurs professionnels RH
– 14 conférences
– 4 débats RH
– 2 brunchs RH
– 2 plateaux TV pour les Instants RH
– 1 Club VIP RH pour des rdv d’affaires

Informations pratiques

Le Salon Talent Management ouvrira ses portes les 26 et 27 janvier 2016 entre 9h et 18h30, accès gratuit aux professionnels des ressources humaines. Espace Champerret Hall A – 6 rue Jean Oestreicher – 75017

L’accès est gratuit aux professionnels des RH, vous pouvez réserver un badge dès à présent.

Pour devenir exposant, veuillez contacter Médina Ferrer, directrice du salon : 01.82.39.07.42 – medina.ferrer@designrh.fr pour devenir partenaire, animer une conférence, ou tout autre renseignement cliquez ici

Zoom sur l’organisateur : Design RH

Agence spécialiste des ressources humaines créée en 2009 par Christophe Patte, Design RH édite le site d’actualité www.myrhline.com qui diffuse de l’information RH à plus de 60 000 lecteurs. Elle publie notamment un annuaire professionnel, le « myRHbook », qui référence les experts en ressources humaines. En organisant le Salon Talent Management, Design RH souhaite réunir les grands acteurs du secteur RH autour de la gestion et le développement des talents.

Le coaching par les arts – interview de Véronique Artru

Palette

Bonjour Véronique, Tu as créé Atelier Fil Rouge Recréation qui propose le coaching par les arts, en encourageant le processus créatif de chacun.

Qu’est-ce que le coaching par les arts?

Le coaching par les arts est un processus d’accompagnement personnel (et/ou collectif), qui utilise comme outil l’expression artistique. Il s’adresse à tous, nul besoin d’avoir des talents/goûts d’artiste pour en bénéficier, bien au contraire.
Le chemin créatif fait avancer chacun, et l’accompagnant par l’écoute active, le choix des techniques d’expression, la méthode, permet cette évolution de la personne en utilisant des ressources souvent inattendues.

Comment t’es venue l’idée de créer Le Fil Rouge Recréation?

J’ai observé dans ma collaboration avec Bonnet de Jour qu’il y a une demande très importante de nos contemporains pour un mieux-être, une recherche d’harmonie personnelle corps-cœur-esprit, d’équilibre global famille/travail.
Cette demande existe à tous les niveaux de la société, et pour toutes les tranches d’âge.
Je suis particulièrement sensible à la demande des hommes et femmes au travail. Leur recherche d’harmonie, de mieux-être, me touche.
Mon expérience d’HEC, de cadre en entreprise, doublée de 10 années d’accompagnement et de création artistique m’ont donné l’envie et la légitimité pour intervenir dans ce champ.
Je consolide mon approche par un cycle à l’INECAT (école d’art-thérapie de Paris), en coaching par les arts (collage, voix, théâtre…)

Que proposes-tu? Et à qui?

Plusieurs propositions existent, collectives ou individuelles, en atelier, en entreprise. Mes outils sont la peinture, le collage, le modelage, la voix, les installations, et j’y associe toujours un temps propice au ressourcement intérieur (grâce à des exercices ciblés)

*  J’interviens en entreprise, dans les écoles, associations, structures de santé ou sociales :
- coaching, formation à l’agilité comportementale
- teambuilding
- lunchbreak créatif et ressourçant, pour une meilleure harmonie dans la journée (équilibre entre action et intériorité)
*  En atelier, la pratique que je propsoe est particulièrement adaptée à des personnes qui veulent trouver un chemin de guérison (par exemple dans le cas du burnout, du handicap), ou de progression

 Quelles conséquences pour tes participants? Quel développement connaît cette activité?

Le processus est opérant et efficace dans la durée. Plus la personne s’investit, plus elle fait l’expérience de se révéler à elle-même, et de trouver des ressources pour avancer, évoluer, éventuellement résoudre telle ou telle question.
Le détour par la création permet de créer ou renforcer l’harmonie de chacun, son rapport aux autres. Les neurosciences prouvent actuellement que ce type d’approche ouvre des chemins nouveaux dans le cerveau, bénéfiques pour celui qui les pratique.

Un atelier de sophrologie chez LeBonCoin.fr

Un atelier de sophrologie chez LeBonCoin

LeBonCoin.fr et Bonnet de Jour en plein Mois Zen

Pendant ce mois, le département de la communication interne de LeBonCoin organise plusieurs fois par semaine des découvertes de pratiques originales faites pour améliorer le bien-être et la santé de tous. De l’atelier de cuisine à l’atelier de sophrologie en passant par le bar à oxygène, les salariés peuvent s’inscrire librement à ces activités pendant leur temps de travail.

Eh oui ! C’est comme cela que l’on montre son engagement envers ses employés et c’est aussi en cultivant cette ouverture d’esprit et cette atmosphère d’entreprise accueillante et responsable, que LeBonCoin.fr parvient à être aussi performante. Sa page corporate le met d’ailleurs clairement en avant, avec sa présence au palmarès Great Place To Work.

A cette occasion, Bonnet de Jour organisait la semaine dernière un atelier de sophrologie, une pratique psycho-corporelle basée sur la prise de conscience de son corps et sur la respiration. C’était le moment pour faire découvrir cette pratique et pour donner des outils à chacun pour mieux gérer certaines tensions, mieux gérer son stress, mieux appréhender une hausse de régime au travail. Le recentrage que permet la pratique est parfait pour la concentration et aussi pour se ressourcer plus rapidement.

Ainsi se sont donc succédé des groupes d’une quinzaine de personnes toute la journée pour une heure de pratique, guidée par une praticienne expérimentée du réseau Bonnet de Jour. Habituées de l’atelier de sophrologie, elle le fait suivre parfois en complément de formation pour le développement personnel.

Une bonne pratique à partager!

Pour contacter Bonnet de Jour, c’est ici : ac@bonnetdejour.fr

De l’air frais en entreprise grâce à l’hypnose

En juillet 2013, une étude de l ‘Université d’Ohio démontrait qu’un fumeur coûtait en moyenne US$ 4600 de plus à son entreprise qu’un non-fumeur. Ceci du fait en majeure partie des pauses à répétition (8 pauses par jour pour un fumeur d’un paquet par jour), mais aussi à l’absentéisme plus fort et du présentéisme (dû à l’inefficacité engendrée par la nicotine).

Avec une telle introduction on pourrait crier à la stigmatisation des fumeurs. Il n’en est rien mais le but est de porter l’alerte, et au final de proposer une solution à celles et ceux qui estiment que fumer est un problème (entreprises et individus). Il existe des moyens pour aider à arrêter, et parmi ces moyens, l’hypnose est sans doute un des plus puissants (et reconnue comme telle parmi les techniques cognitivo-comportementales par l’OMS)

Nous interrogeons Emmanuel Anglisani, praticien en hypnose et spécialiste de l’arrêt du tabac,

Qu’est-ce que l’hypnose ?

L hypnopraticien n’a pas le moindre pouvoir, juste une technique permettant de proposer au cerveau émotionnel de meilleures solutions.

Je le vois bien auprès de mes clients, la télévision et l’hypnose de spectacle renforce de manière assez forte les mauvaises croyances à propos de l’hypnose : « On va me manipuler » « Je ne vais pas me réveiller » « Je ne suis pas hypnotisable » …

Je souhaite tout d’abord rassurer les gens sur ce point, l’hypnose thérapeutique n’a absolument rien à voir avec cela. Le praticien en hypnose accompagne son patient dans un état de « pré-sommeil », état dans lequel l’inconscient de ce dernier est beaucoup plus accessible, où le conscient reste présent et le changement est plus facile.

Pourquoi utiliser l’hypnose pour l’arrêt du tabac ?

L’hypnose c’est avant tout de la pédagogie mentale. Quand la plupart se font des montagnes de l’arrêt du tabac, l’hypnose est là pour rationaliser le processus d’arrêt. En aidant le patient à aller à la source de la cause de l’addiction, le praticien en hypnose accompagne ainsi l’arrêt, en désamorçant l’origine de l’addiction. La difficulté à arrêter le tabac n’est pas une origine organique mais plutôt lié au mental du fumeur. Quel besoin, ou quelle peur ou croyance venait combler cette habitude de fumer ?

La plupart des fumeurs savent déjà que fumer est un coût important, que c’est mauvais pour leur santé et celle de leur  proches, que les odeurs sont désagréables etc… pourtant une partie d’eux-mêmes résiste. C’est cette partie qu’il est utile d’aller écouter pendant une séance pour régler ce conflit intérieur.

Tout le monde peut-il y participer ?

Chaque fumeur a une relation particulière à la cigarette. Même si c’est un leurre, pour certains la cigarette est synonyme de liberté, pour d’autres elle permet d’accéder à leur créativité. Il est difficile de savoir à l’avance ce qui se cache de manière certaine derrière un arrêt du tabac et donc de définir un protocole type qui conviendra à tous les fumeurs. Chaque fumeur est unique et nécessite un accompagnement sur mesure.

Et comment cela fonctionne dans la tête ?

Il existe plusieurs méthodes dans l’accompagnement et pour l’arrêt. Certains praticiens vont associer des images de dégoût avec la cigarette par exemple ou faire oublier l’envie. Nous avons toutefois une préférence pour la méthode qui va au fond des choses : quelle était l’intention positive derrière ce comportement addictif ? L’hypnose permet de faire un travail complet sur ce qui déclenchait l’envie de fumer et sur ce que vous apportait la cigarette. Notre cerveau fonctionne par associations d’idées, comme lorsque vous écoutez la musique sur laquelle vous avez rencontré votre femme ou votre mari et qu’instantanément ce souvenir et les émotions qui y sont liées reviennent. Cela a été fait par votre cerveau en quelques microsecondes. Nous utilisons cette capacité en hypnose et en travaillant à un niveau inconscient, nous modifions les mauvaises associations liées à la cigarette et automatisons ce que vous apportait la cigarette (détente, calme, créativité, …) dans toutes les situations ou vous en aurez besoin.

Est-ce que cela peut convenir à une entreprise ?

Pour une intervention en entreprise, comme pour toute intervention, il est d’abord primordial de souligner l’importance de l’implication du fumeur dans sa démarche, qui doit donc être basée sur le volontariat. Une séance d’hypnose réclame une préparation au préalable à la méthode, une présentation des objectifs et une prise en compte des croyances limitantes. Cette présentation peut se faire en collectif ce qui sert aussi en entreprise de lancement de la dynamique collective, créant l’émulation sur un objectif commun. Après cette présentation collective qui peut durer 1h30, chaque volontaire sera prêt à commencer les séances individuelles (1 heure). Seules 1 à 3 séances sont nécessaires par personne pour un arrêt complet du tabac et sans effet secondaire. Entre chaque séance, un suivi est proposé par sms et mail afin de répondre à toute éventualité de moment de faiblesse.

 

Bonnet de Jour, avec Emmanuel Anglisani ou un autre de ses praticiens, organise la prestation et se déplace dans vos locaux pour un maximum de facilité !

Pour commencer l’arrêt, Bonnet de Jour c’est par là !

01 84 16 12 16, ou bien ac@bonnetdejour.fr

 

Qu’est-ce que la sophrologie?

BONNET DE JOUR

Petite définition subjective de la sophrologie

Michèle Declercksophrologue et auteur du « Manuel de Sophrologie et de Sophrothérapie » (Editions Vernazobres-Grego 2009) nous en dit un peu plus…

Qu’est-ce que la sophrologie?

Il s’agit essentiellement d’une méthode de relaxation, mais de relaxation profonde, qui permet d’aller plus loin que les autres techniques proposées.

Comment agit-elle?

La sophrologie utilise des exercices de respiration qui permettent d’obtenir un état de relâchement pouvant être apparenté à une hypnose légère (comme au bord du sommeil). Dans cet état, on va pouvoir désamorcer efficacement de « mauvaises habitudes »(comportements, addictions, phobies, mauvaise gestion des émotions…)

C’est une technique “psycho-corporelle”, ce qui veut dire que la détente passe par le corps pour avoir immédiatement des répercussions au niveau psychique. Pour quelles indications consulter un sophrologue?La première indication de la sophrologie concerne la gestion du stress, quelle que soit son origine, ainsi que ses manifestations (insomnie, fatigue, anxiété…) mais elle a également de nombreuses autres indications (troubles du comportement alimentaire, phobies…)

Quelles réponses la sophrologie peut-elle apporter dans le cadre d’une perte de motivation vis à vis de son activité professionnelle? D’une dépression saisonnière?

La dépression saisonnière est un concept qui couvre en fait à mon avis un défaut de motivation, et un questionnement sur une routine qui plait peu. Dans ce cas, il va s’agir de “remettre la machine en route” en essayant de modifier sa vision sur le job en question. Pour cela, il s’agit de s’ouvrir à d’autres activités en parallèle, et de stimuler son propre tonus.
Merci Michèle Declerck !

 

Le slow business ou comment mieux travailler

Nous parlons souvent de la notion de présentéisme, récemment de nouveau mise en lumière par un article du Figaro.

La manifestation majeure en est la présence non efficace au travail.

Cette semaine, un livre sur le Slow Business écrit par  Pierre Moniz-Barreto prône non pas le « travailler lentement » ni le « travailler moins » mais plutôt le « travailler mieux ». Autant de piste allant contre le présentéisme et dans le sens de l’efficacité.

Il s’agit pour l’entreprise d’accepter une organisation différente et pour chacun de se donner le temps nécessaire à la prise de recul, à la sédation, notamment avant de prendre une décision importante, ou bien chaque jour afin de ne surchauffer. Cet aspect est d’autant plus important aujourd’hui que nous sommes soumis à une connexion permanente et à une culture en France qui ne tolère que très peu les horaires flexibles, ou bien l’inactivité au travail, même si elle est régénératrice ou créative.

Afin d’y aider et de rendre des moments de recul d’autant plus ressourçants et efficaces, la méditation ou la sophrologie sont des méthodes de plus en plus déployées en entreprises. Parce que cela fonctionne!

Un autre exemple cité dans l’ interview de M. Moniz des sociétés américaines qui permettent à leurs salariés d’organiser leur temps comme ils le souhaitent pourvu que les objectifs soient atteints, est peut-être une organisation, un type de management voué à un grand avenir. On parle alors de ROWE (Results-Only Work environnement), aux origines décrites dans cet article de Slate.

Ces méthodes ont fait leur preuve, on se demande alors pourquoi les entreprises qui ont une responsabilité dans la culture qu’elles transmettent n’y font pas plus appel. Il faudrait à la fois qu’elle laissent la porte ouverte à une organisation plus souple dans le collectif ou plutôt même qu’elles l’impulsent.  Et il faudrait qu’elles poussent des techniques permettant à chacun d’être plus performant, de mieux travailler dans ce nouveau cadre. Ensuite il appartiendrait à chacun d’œuvrer pour la performance commune.

Beaucoup de chemin est encore à faire mais la voie est ouverte et devrait s’élargir encore!

Pour y contribuer, Bonnet de Jour Inc. a d’ailleurs quelques pistes ;)

Médecins traitants et bien-être au travail

types_of_stress

Incorporer les médecins traitants dans la santé au travail? C’est la question intéressante que pose Philippe- Georges Dabon dans son article du Journal du Net.

En effet si le stress est très souvent mis en cause dans les entreprises et que des moyens existent pour le mesurer, nous ne sommes qu’au début de la mesure scientifique de l’aspect du bien-être. Et les nombreuses données que des praticiens de santé peuvent mesurer en consultations, sont autant d’indices qui pourraient aider à mener des études très poussées sur la mesure du bien-être, ses causes et conséquences.

D’ailleurs nous sommes convaincus chez Bonnet de Jour de l’intérêt de la mesure des données médicales et des nombreux atouts de cette mesure pour améliorer la prévention et la performance économique des entreprises. C’est pour cela que cela a toujours été une de nos priorités, au-delà de l’amélioration effective du bien-être des salariés.

Lire l’article

Le modèle québécois de Qualité de Vie au Travail

drapeau-Quebec-Supplement-Sirop

 

La norme BNQ 9007-800 ne vous dit rien? Pas étonnant puisqu’elle est propre au Canada pour le moment, le Québec plus exactement, et concerne la qualité de vie au travail (QVT). Aujourd’hui elle y est appliquée par 400 entreprises et fait ses preuves en vérifiant pour celles qui l’adoptent un retour sur investissement moyen compris entre 1,5 et 3,8 $ pour 1$ investi.

Cette norme prend la question de la QVT de façon transversale et fait intervenir tous les acteurs de l’entreprise dans une démarche de long terme. Et ça marche!

L’association qui a mis au point la méthode pense à l’exporter en France.

Lire l’article

L’activité physique pour le bien-être au travail

 Sport en entreprise

 

Un nouvel article publié par Novethic, spécialiste de la RSE, met en avant l’utilité du sport en entreprise : démarche socialement responsable, inscrire l’activité physique dans le quotidien des employés est un moyen de construire du lien, de promouvoir la santé, d’améliorer l’ambiance de travail et la forme des salariés et donc de diminuer l’absentéisme et le présentéisme.

Le bien-être au travail est toujours bénéfique à la productivité.

Lire l’article

La perception de la santé au travail par les salariés

Femme-et-son-sonotone

Malgré les grands efforts faits par les entreprise en matière de santé au travail, un des travaux RH brûlants, les salariés ne semblent pas toujours bien informés (d’après l’enquête Harmonie Mutuelle, Le Figaro, France Info).

Pour exemple 79 % des dirigeants du privé pensent que ces actions de santé au travail sont nombreuses alors que seulement 35 % des salariés partagent cet avis.

Comment les salariés perçoivent les actions menées par leur entreprise ? Entendraient-ils mal ou les entreprises ne parleraient-elles pas assez fort?

Lire l’article